Rechercher
  • virginiecrouy

Cachez cette addiction que je ne saurais voir !


L’hypnose est un cadre, un chemin, qui permet de faire un travail vers soi, vers la personne que l’on est profondément. C’est ainsi que je présente ce domaine qui interpelle de plus en plus de gens, sans que beaucoup soient vraiment très au clair avec ce que propose cette technique encore méconnue.

Souvent, une sensation de malaise émerge dans notre vie, ou bien certains schémas, des automatismes, se répètent un peu trop souvent, mettant en valeur le manque de liberté que nous pouvons ressentir en les subissant… Cela se manifeste alors par des comportements classiques : on est trop contrôlant, perfectionniste, ou alors on a des gestes que l’on n’arrive pas à s’empêcher d’avoir : une contrariété, et on se jette sur une cigarette, ou sur un morceau de chocolat… On a des réactions automatiques à certaines situations : quand on prend la parole en public, on perd ses moyens et on se sent nul… Cela peut aussi prendre des formes qui créent un sentiment de mal-être important : lorsqu’un événement réveille une réaction émotionnelle démesurée dont on ne connaît pas l’origine, comme lorsqu’un conjoint nous quitte et que, soudain, c’est la fin du monde. Ou quand on perd son emploi et que cela remet en cause tout le quotidien, et la question de notre rôle sur terre… Et si ce n’est pas nous qui sommes aux commandes du bateau… Alors qui est-ce ? L’inconscient, quand il n’a pas été décrypté, peut ainsi imprimer sa marque sur le conscient, au point d’en faire un instrument qu’il guide à notre insu.


Pour travailler sur ces limitations que nous avons tous, l’hypnose apporte une réflexion qui est pertinente à plus d’un titre. Mais d’abord, observons-nous aller. C’est la première étape. Et reconnaissons qu’une envie de fumer, de boire, de manger excessivement cache une manifestation d’un inconscient qui veut taire un malaise. Il s’agit d’une stratégie, ni plus ni moins, pour gérer au quotidien une réminiscence d’un problème que nous avons depuis très longtemps et que nous n’avons pas (encore) affronté. Trouver la racine d’un comportement, sa cause émotionnelle, demande un cheminement qui n’a pas forcément les allures d’une journée de cure en spa ! Cela requiert un vrai courage : celui d’affronter un pan de notre passé qui laisse encore aujourd’hui sa trace dans notre quotidien, qu’il limite parfois drastiquement par des comportements automatiques. Mais la bonne nouvelle, c’est que l’hypnose fait partie des thérapies brèves : en quelques séances, on peut arriver à des résultats étonnants !

Un résultat, c’est lorsqu’un patient qui arrive parce qu’il n’arrive plus à prendre de décisions pour lui, qui tourne en boucle dans sa vie, qui n’a plus la motivation de changer ou de bouger, finit par relever la tête et se remettre en mouvement. C’est un moment assez magique à observer, du point du vue du thérapeute ! Là où, quelques semaines auparavant, on ne recevait que des retours négatifs sur le quotidien : « je n’y arrive pas, je ne sais pas quoi faire, j’échoue toujours… », on entend tout-à-coup : « C’est incroyable, je suis arrivé(e) à faire X et Y ! J’arrive enfin à… et puis j’ai décidé de… ».


Alors oui, parfois, il y a les clients qui décommandent un RV après la première séance, parce qu’ils ne sont pas prêts… Il y a ceux qui pensent qu’on peut se défaire d’une addiction à la cigarette en une séance… C’est évidemment possible. Mais l’important est-il de s’affranchir de l’addiction, ou de mener à bien le travail qui consiste à savoir pourquoi on était addict ? Car la question réside précisément là : que cherche-t-on ? A se défaire d’une mauvaise habitude, ou à apprendre à s’observer, et à gagner de la liberté en général dans sa vie, afin de pouvoir prendre des décisions qui nous ressemblent ? Car une addiction, on peut s’en débarrasser d’un coup, ou la regarder en face, pour comprendre ce qu’elle dit de nous, de nos stratégies d’évitement, de la blessure qu’elle cherche à cacher… Et puis un jour, comme l’a magnifiquement écrit Anaïs Nin : « Vient un temps où le risque de rester à l’étroit dans un bourgeon est plus douloureux que le risque d’éclore ». Alors ce jour-là, soyons prêt à nous lancer à la conquête de notre vie ! Une vie que nous prenons à bras le corps, et dans laquelle nous voulons être enfin libre d’être nous-mêmes !



23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout